Le programmatique se cherche encore

LA PROGRAMMATIQUE EN PLEINE MOUVANCE
Il est loin le temps ou achat programmatique signifiait acheter de l’espace invendu aux enchères sans garantie de volume et encore moins de transparence. Entre achat programmatique direct depuis le protocole unificateur IAB et le courant actuel du deal ID’s on se rend clairement compte que les cartes sont rebattues constamment.

DE NOUVEAUX MODES D’ACHAT
Côté supply, le gain est évident : hausse des cpm, reprise en main d’une situation devenue un peu trop incontrôlable et maîtrise interne plus forte des outils à disposition, côté achat c’est l’offre qui s’étoffe forcément. De plus en plus de trading desks ou divisions mobile de plateformes publicitaires développent des modes d’achats ou des packages qui vont dans ce sens.

PLUS DE TRANSPARENCE POUR L’ANNONCEUR
Les annonceurs gagnent donc en visibilité et on le sentiment d’être enfin entendu en tout cas pour ce qui est du cadre de diffusion, car dans l’ensemble on sent toujours une part de flou peser sur l’ensemble de la chaine de valeur et a fortiori sur les systèmes de rémunération. Toutes ces questions seront soulevées plus en profondeurs lors de l’ATS Paris le 13 avril à la salle Brongniart (réservation obligatoire). Cet événement est organisé par le célèbre ExchangeWire*.

PROCHAINE ÉTAPE : LA TV PROGRAMMATIQUE
Un dernier point sera abordé : la TV programmatique, encore à l’état embryonnaire aux Etats-Unis, nul doute que le mode d’achat va vite être le sujet des années à venir en France avec le développement du Replay, IPtv et autres offres liées au développement de la TNT numérique.

À LA UNE : LE DÉVELOPPEMENT DU FULLSTACK
Le mouvement était dans l’ombre depuis un moment, il devient maintenant réalité les trading desk éditeurs arrivent en France. Premier acteur de poids à se lancer dans le big game de 2016 > Media.Figaro (qui ; on le rappel au passage devient le 4ème éditeur en terme de volume livrable dans l’hexagone depuis le rachat de CCM Benchmark).

On le sait de façon officielle, Figaro Media se lance dans la monétisation en interne de son inventaire et va proposer des prestations d’extensions d’audience. Avec un vivier fortement qualifié en CSP+ et urbain actif. Le groupement media entend reprendre la main sur son trésor, la force de son lectorat ! Selon Alexis Marcombe Directeur Général Délégué au digital, plus que le simple fait de by-passer les intermédiaires historiques, c’est une réelle mise en concurrence interne afin de tirer la rentabilité vers le haut.

La question sous-jacente porte donc sur le futur des adEx tel que LPM ou ASQ, la réponse dans la prochaine livraison ! 

Source : Ratecard*, Mediamétrie**, ad-exchange.fr


IAB : Interactive Advertising Bureau, association dont le but est de développer des normes universelles dans l’univers atomisé de la publicité digitale. Un rôle de soutient et de consulting normatif.

Deal ID : accord entre deux parties, utilisé pour s’assurer un volume livrable important quoi qu’il arrive pour l’annonceur et/ou une transparence concernant l’inventaire souvent blindé en open auction.

Adex / Adexchange : place de marché virtuel où se rencontre acheteur et vendeur. Ces places de marché se matérialisent par des acteurs représentant les intérêts des vendeurs, proposant des offres spécifiques aux acheteurs.

LPM : Adexchange orienté éditions news, global et grand public son nom complet La place media.

ASQ : audience square idem que La Place Media mais orienté homme, lifestyle, shopper.