Web Neutrality (Neutralité du net) : Back to the Past ?

 

La neutralité du net qu'est-ce que c'est ? Venez découvrir avec nous ce qui se cache derrière cette expression un peu pompeuse. Devoir payer votre fournisseur d’accès internet pour pouvoir aller sur des sites particuliers, et ne pas être facturer quand vous allez sur d’autres, ça vous semble normal ? Et pourtant cela pourrait l’être dans un futur proche. 

 

La Web Neutrality, qu’est-ce que c’est ? 

 

La Web Neutrality, ou en français neutralité du net, c’est tout simplement le fait que tout le trafic internet est traité de manière égale. Autrement dit, grâce à la neutralité du net, un fournisseur d’accès internet (FAI) ne peux pas brider, bloquer ou facturer l’accès à un site internet qu’il pourrait identifier comme « concurrent », ou bien n’importe site internet quel qu’il soit. 

 

Sans ce principe assez simple, un FAI pourrait très bien brider votre connexion sur des sites de streaming qui ne sont pas dans sa propre offre, et vous forcer à payer un supplément pour y avoir accès, vous ou bien directement les sites en question. On pourrait facilement imaginer l'obligation pour de nouvelles entreprises de payer les FAI pour que leurs sites soient en "accès rapide" pour les utilisateurs au risque d’être boudés par ces derniers.  

 

Et pourtant, le débat autour de la web neutrality a déjà eu lieux il y a quelques années, et avec une mobilisation similaire ! On la croyait en sécurité depuis 3 ans, mais la neutralité du net est de nouveau en danger !

 

Pourquoi parle-t-on à nouveau de Web Neutrality ? 

 

On pensait avoir régler le problème en 2014 à la suite d’un longue mobilisation, avec notamment John Oliver, un acteur britannique principalement connu aux Etats-Unis, qui a consacré une émission concrète à la neutralité du net (vous pouvez retrouver cette émission ici). C’était devenu une sorte accord non officiel sur internet, qui a été rendu officiel en 2015 sous l’administration d’Obama.

 

Cependant, les gros FAI américains sont arrivés à un point où ils aimeraient faire changer les choses. En effet, les suites du Patriot Act de George W Bush, qui les forcent à mettre à disposition toutes leurs données à la RSA, et la modernisation des réseaux coûtent cher aux FAI. Soutenu par le gouvernement américain de Donald Trump (et notamment Ajit Pai, nouveau président de la Federal Communication Commission) la FCC a décidé de remettre en question la neutralité du net avec un texte validé par un vote. 

 

Tout n’est pas acté et terminé, il reste encore des mois de débats avant que le texte ne soit entièrement validé par la FCC, et cela laisse du temps aux gros acteurs d’internet pour faire entendre leur voix.

 

Quels sont les acteurs en faveur de la Web Neutrality ?

 

La liste des sites qui sont actuellement pour la neutralité du net est assez longue et peut être consultée sur : https://www.battleforthenet.com/july12/

 

On note la présence de "titans" du net tels que Amazon, Google et Facebook pour les GAFAM (on notera l’absence d’Apple et Microsoft), mais aussi de sites comme Netflix et AirBnb pour les NATU, Twitter, KickStarter, Spotify, Pinterest, Tumblr… Même le secteur pornographique s’est mobilisé avec YouPorn et PronHub.

Publication Facebook Mark Zuckerberg Web Neutrality

 

Cette mobilisation n’est cependant pas anodine, il ne s’agit pas juste de préserver la liberté sur internet, il y a un réel enjeu économique pour chacune des entreprises impliquées. Pour la plupart des sites l’enjeu est évident, éviter de devoir payer aux FAI pour avoir un débit correct. En ce qui concerne le bras de fer entre les FAI et les GAFAM c’est vraiment différent, cela concerne le "contrôle" du net. Les uns cherchent à l’acquérir et les autres à le conserver. C’est d’ailleurs pour cela qu’on observe une certaine réserve de Microsoft et d’Apple, qui n’ont pas nécessairement besoin du net pour exercer une forme de contrôle sur leur clientèle. On remarque cependant une certaine retenue de la part des grands groupes dans leurs démarche en faveur de la neutralité du net. Entre un article de blog pour Google, une publication de Mark Zuckerberg pour Facebook, des petites bannières de sensibilisation pour Amazon et Netflix, on est loin de la fougue de la mobilisation de 2014. 

 

Tout cela c’est bien mais quelles sont les conséquences pour la France ? Il faut savoir que la plupart des pays ont tendance à prendre les Etats-Unis comme "modèle" pour la régulation sur internet, et même si cela ne concerne actuellement que les FAI américains, on pourrait se dire qu’il est fort probable que cela arrive bientôt en Europe. Et on serait en dessous de la vérité. En effet, l’affaire a déjà eu lieu en Europe en 2016 lorsque les FAI avaient voulu avoir l’option de favoriser certains clients et en brider d’autres. Ceci c’était terminé par la victoire des organismes d’action en faveur de la neutralité du net, mais ce qui se passe outre Atlantique peut relancer le débat.